Mais avant toute chose, commençons par faire redescendre sur terre tous ceux (et je suis sûr qu'ils sont nombreux) qui pensaient qu'ils n'allaient pas payer d'impôts pendant un an (qui a dit naïfs ?) : en 2007, on paiera des impôts, en 2008, on paiera des impôts et en 2009, on paiera... des impôts, eh oui ! Alors évidemment, il va bien y avoir un changement. Si on payait jusqu'à présent nos impôts de l'année N durant l'année N+1, ce ne sera plus le cas. L'année N servira à payer les impôts de l'année N... Donc en pratique, en 2008 je paierai les impôts sur mes revenus de 2007 et en 2009, je paierai les impôts sur mes revenus de 2009. Bon, cela nous fait une belle jambe. A la limite, pourquoi pas ? Mais quand on y réfléchit, on voit qu'il n'y a qu'un gagnant à ce petit jeu (voir 2, mais ce n'est quand même pas vous le deuxième...) : l'état.

Avance de trésorerie

Le premier point négatif de ce nouveau fonctionnement vient justement du fait que les impôts seront dorénavant payés sur les revenus de l'année en cours. C'est une régression et n'importe quel gestionnaire vous le dira : il faut, lorsqu'on en a la possibilité, minimiser le temps de recouvrement des créances et maximiser le temps de paiement des factures, afin de réduire le besoin en fond de roulement. Or, en payant les impôts de l'année N durant l'année N+1, l'état nous fait une sorte de crédit gratuit d'un an. Lorsque l'impôt sera prélevé à la source, ce sera la fin de cet avantage. Et c'est l'état qui va s'en mettre plein les poches.

Le jeune qui entre dans la vie active

Voici un exemple concret pour étayer le point précédent. Dans le mode de fonctionnement actuel, un jeune qui entre dans la vie active peut profiter des revenus de sa première année de travail pour s'installer (payer une caution pour son logement, acheter du matériel électroménager...). Il ne paye des impôts sur ces revenus qu'au bout d'un an et a donc le temps de voir venir.
Avec le nouveau système, ce même jeune actif verra ses impôts directement déduits de ses revenus, dès la première fiche de paye. C'est tout de même 10% de salaire en moins... Ca compte quand on s'installe !

2008, une année vraiment blanche ?

Evidemment, payer des impôts sur les revenus de 2 années en même temps, cela paraît un peu lourd à digérer. Donc, dans sa grande bonté, l'état nous ferait grâce des impôts sur les revenus de 2008... C'est très bien, me direz-vous, et vous aurez raison !
Le problème, c'est que si c'est très bien pour vous, pauvre travailleur, c'est encore mieux pour les riches ! Ah bah oui, eux ont des revenus plus malléables que votre salaire. Donc, ils ne vont pas se gêner pour maximiser les revenus qu'ils gagneront en 2008 (en retardant des factures prévues pour 2007, en avançant celles prévues pour 2009, en maximisant les primes sur 2008, en faisant un maximum de plus-values financières en 2008. Je ne m'inquiète pas, je suis sûr qu'ils (enfin, leurs comptables) trouveront pleins d'astuces, je leur fais confiance). Ce sera toujours çà de gagné !
En gros, encore un cadeau fiscal pour les plus riches...

Et les travailleurs indépendants ?

Bon, tout çà, c'est bien joli, mais comment seront gérés les travailleurs indépendants (médecins, infirmières, avocats, informaticiens...) et autres intermittents du spectacle ? Parce que, par définition, leurs revenus ne sont pas réguliers. Certains mois (rares) rapportent beaucoup d'argent, d'autres (plus nombreux) pas du tout. Comment l'état compte-t'il prélever l'impôt à la source ? Soit le début d'année est mauvais et il faudra rattraper sur les derniers mois, soit la fin de l'année est mauvaise et du coup l'état aura trop perçu... Super !

D'un point de vue pratique

Je pense avoir fait le tour des problèmes plutôt "politiques", maintenant examinons le côté pratique de la chose.
Tout d'abord, on peut s'interroger sur le traitement des autres revenus. Quid des revenus de la pierre ou de la bourse, par exemple ? S'ils sont imposés à la source, je ne vous raconte pas les problèmes de calculs de l'impôt. Je ne suis pas expert, mais je crois savoir que pour certains placements, les revenus associés ne peuvent être calculés qu'une fois l'année terminée... Donc les impôts ne peuvent être qu'estimés. Du coup, il y aura forcément réajustement à la fin de l'année. Personnellement, j'adore ne pas pouvoir prévoir combien je vais devoir payer.
Ensuite, on est en droit de se demander comment seront gérées les années avec des changements dans le foyer fiscal (mariage, divorce, naissance, décès) et aussi, comment vont être répartis les prélèvements entre la femme et le mari d'un couple... A toutes ces questions, je ne vois pas vraiment de réponse simple. Et comme tout ce qui est obscur, je me méfie de ce qui va encore nous être pondu !
Mais surtout, le gros point d'achoppement à mon avis, c'est la confidentialité des informations. Effectivement, comme l'impôt est prélevé à la source, cela veut dire que les employeurs sauront exactement combien leurs salariés payent d'impôts. Par déduction, ils pourront donc savoir s'ils ont beaucoup de revenus ou pas. Après çà, je leur souhaite bon courage pour aller négocier une augmentation de salaire...

Une annonce sans suites ?

Evidemment, nous sommes en pleine période pré-électorale, propice aux annonces sensationnelles. On peut donc légitimement se poser la question de la probabilité de survie de cette mesure. Néanmoins, comme le PS et l'UDF se sont déclarés de leur côté favorables au prélèvement à la source, même si la majorité actuelle n'est pas reconduite, on risque fort de retrouver cette mesure dans le planning du prochain gouvernement.

Mais au final, il n'y a qu'un seul gagnant : l'état !
Entre les avances de trésorerie, le surplus de recette en 2009 (puisque l'impôt sera calculé sur les revenus de 2009 au lieu de l'être sur ceux de 2008, à priori plus faible ne serait-ce quà cause de l'inflation), le transfert de compétences de l'état vers les entreprises (au fait, est-ce qu'une compensation financière est prévue pour dédommager le surplus de travail donné aux entreprises ?) et donc les économies réalisées en dégraissant le mammouth, il y a de quoi s'en mettre plein la panse. Mais pour le citoyen lambda, je ne trouve absolument aucun avantage.
Ah si ! si vous êtes riche, je ne saurais trop vous conseiller de prendre rendez-vous avec votre comptable avant la fin de l'année 2007...