J'ai plusieurs informations à partager et quelques billets à écrire mais je voudrais commencer par un coup de gueule. Il faut dire que ça me pèse et, même si ce n'est pas grand chose, j'apporte ma pierre à l'édifice avec mes moyens. Nous (internautes) venons d'assister à un véritable simulacre de démocratie et surtout une remise en cause de nos droits les plus fondamentaux, comme la liberté d'expression ou le respect de la vie privée. Depuis le 21 décembre, le parlement examine le projet de loi DADVSI, dans le contexte que l'on sait. Cet examen s'est terminé cette nuit, vers 4h. Le vote solennel aura lieu mardi prochain (je crois) et, du fait de l'urgence déclarée sur ce texte, il n'y aura pas de deuxième lecture.

En gros, le pire-du-pire (elle est facile et elle a été faite très souvent sur les forums, celle-là) est passé dans la loi : la remise en cause de la copie privée (notamment en ce qui concerne les DVD), les sanctions contre les internautes qui téléchargent (alors que la jurisprudence avait assimilé le téléchargement à de la copie privée et l'avait donc considéré comme légal... Remarquez, ça a le mérite d'être logique avec le premier point en tout cas !), pas de licence globale qui aurait pu permettre un rémunération des artistes (au lieu de ça, les amendes iront directement dans la poche de l'état, sans passer par la case artiste), la sacralisation des drm (et donc la légalisation de l'intrusion dans votre ordinateur pour vous autoriser (ou non) à lire vos fichiers), la mise en place d'un collège de médiateurs pour les litiges sur la copie (une instance en remplacement de la justice ???), la fin du logiciel libre, l'interdiction des logiciels de partage, l'intrusion dans la vie privée... j'en passe et des meilleures !

On pourra avoir un petit réconfort tout de même. Les députés ont voté, dans les dernières heures de débats (peut-être avait-ils malgré tout quelques remords ?), des amendement qui obligent les fournisseurs de drm à fournir les informations nécessaires à la mise en oeuvre de l'interopérabilité. Les logiciels mettant en place cette interopérabilité pourront même être diffusés sous licence libre. Il est toutefois dommage que le réveil n'ait pas eu lieu plus tôt...

Le prochain épisode aura lieu, selon toute vraisemblance, en mai au Sénat. Ensuite, ce sera au tour du conseil constitutionnel de donner son avis. Ce n'est qu'un début, continuons le combat !

D'un point de vue personnel, je ressens un grand découragement, l'impression de ne pas être écouté, ou encore de vivre sur une autre planète que les 60 millions de français. Comment peut-on ne pas se sentir concerné par un sujet qui a autant d'implications et de conséquences ??? Je veux bien croire que le CPE n'arrange pas les choses, surtout quand on voit les différences de couverture médiatique des deux sujets, mais tout de même, c'est notre vie privée à tous qui en dépend... Finalement, ce projet de loi n'est que le prolongement de la politique gouvernementale que l'on subit depuis 4 ans ! (et dieu sait qu'il y a beaucoup à en dire)
Je n'avais pas pu voté en avril 2002, mais je peux vous assurer que je serai bien présent en 2007 et je sais déja pour qui mon vote n'ira pas !

D'un point de vue plus concret, je vais continuer à ne pas acheter de "produits culturels" (en particuliers ceux vendus par les majors), je vais sûrement arrêter d'aller au cinéma (de toute façon, ça fait tellement longtemps qu'il n'y a pas eu de films intéressants, que je me demande si ça existe encore...), je vais continuer a télécharger de la musique libre (jamendo.com et musique-libre.org) et peut-être même que je vais me mettre a télécharger des fichiers illégaux, rien que pour les narguer et leur montrer, à ces pseudo-députés, qu'ils n'ont rien compris et que la technique pourra toujours contourner les contraintes (à moins que la France ne devienne un état totalitaire comme la Chine, mais j'ose espérer que le peuple français saura se révolter avant d'en arriver la !).

Finalement, je n'attends qu'une chose : que la gestion de l'état se fasse par le peuple directement et que l'on change ce système archaïque qui n'a jamais été totalement démocratique.
Oui, mettons en place les référendums d'initiative populaire et le vote par internet, impliquons le peuple plus souvent dans les décisions qui le concernent à ce point. Sortons de ce système de caste, dans lequel ce sont toujours les mêmes enarques qui ont le pouvoir et qui prennent des décisions dans leur bulle, sans se soucier du bien être du plus grand nombre !
Allez, une petite piqure de rappel ne fait jamais de mal